Article

Article

Tigre Révolution : Proche d’un rescapé… il témoigne


Tigre Révolution : Proche d’un rescapé… il témoigne

Arrêtées entre fin 2019 et début 2020 au motif qu’ils préparaient une révolution armée avec pour objectif de déstabiliser les institutions de la République du Togo, inculpées et jetées en prison sans jugements, plusieurs de ces personnes écrouées, de jeunes Togolais pour la plupart, vivent dans des conditions de détention exécrables d’après nos informations, et leur santé se dégrade au jour le jour.

En souhaitant garder l’anonymat – c’est de bonne guerre dans un dossier jugé très dangereux –, un proche témoigne sur un rescapé du nom de Gan Yaovi. Il décrit brièvement les contours de son arrestation. « Le 24 novembre à l’aube à son domicile, il (Gan Yaovi, ndlr), a été réveillé de son sommeil, arrêté et conduit manu militari au Camp GP. C’est là qu’on lui a fait subir des sévices corporels très atroces parce qu’il aurait refusé de coopérer en acceptant faire partie des tigres révolutionnaires », a-t-il indiqué avant de se lancer dans cette interrogation : « Comment accepter être l’auteur d’une situation dans laquelle on se retrouve en rien ? ».

S’agissant de cette affaire de « Tigre Révolution », la presse parle de 67 personnes actuellement en détention sans aucune forme de procès.

D’après les déclarations du Directeur Général de la Police nationale, le Lieutenant-Colonel Yaovi Okpaoul, ces personnes arrêtées projetaient des attaques combinées avec « des armes de guerre comme les AK47, des armes de fabrication artisanale et des armes blanches d’une extrême dangerosité ». « La mobilisation de combattants, poursuit-il, s’est faite à Sokodé, au Bénin et dans le Ghana. Ces différents groupes une fois à Lomé, seront renforcés par d’autres guerriers sur place ». Des déclarations rejetées par nombre de Togolais, surtout des leaders de l’opposition, estimant que le pouvoir en place, fait son « cinéma » habituel dont l’objectif est bien connu : restreindre les libertés fondamentales afin de réussir son projet de conservation du fauteuil présidentiel ad vitam aeternam.
 

On en sera plus, les jours à venir…

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette