Article

Article

Succession Pa Augustino de Souza : Une liquidation impossible ?


Succession Pa Augustino de Souza : Une liquidation impossible ?

La question vaut son pesant d’or, vu les difficultés qui, d’après nos informations, entourent ce dossier. Or, les juridictions compétentes du pays avaient très tôt donné un avis favorable pour acter la liquidation des biens de Pa Augustino de Souza, cet autre « Père de l’indépendance » du Togo. Aujourd’hui, plus de soixante (60) ans après son décès, qu’est-ce qui bloque en réalité cette liquidation ?

Peu connu du public togolais, surtout de la génération des années 90, Pa Augustino de Souza dit « Gazozo » a été pourtant, l’un des promoteurs du mouvement nationaliste grâce à qui, le Togo a accédé en 1960, à la souveraineté internationale. Décédé le 25 avril 1960, deux jours avant la proclamation de l’indépendance, papa « Gazozo », ce premier responsable du CUT, verra depuis le Ciel, son ami Sylvanus Olympio enfilé seul le manteau de « Père de l’indépendance » du Togo.

Outre une vie politique bien remplie, Pa Augustino de Souza a aussi développé une importante carrière commerciale et entrepreneuriale d’après plusieurs sources, et est de ce fait, considéré comme le plus riche commerçant du Togo avant l’indépendance.

Il dispose de « vastes domaines plantés de palmistes et de noix de coco connues sous le nom de « Souza Nétimé » (Cocoteraie Souza) près d’Anécho et dans la région de Lomé », écrivait, il y a quelques jours, Claude Améganvi du Parti des Travailleurs dans une récente publication sur la remarquable contribution de « Gazozo » à l’indépendance du Togo. « Histoire du Togo, La palpitante quête de l’Ablodé (1940-1960) ». C’est bien cet ouvrage de Têtêvi Godwin TETE-ADJALOGO qui témoigne plus sur la vie du premier Président général du CUT, Comité de l’Unité Togolaise.

Soixante (60) ans après sa disparition et d’après les indiscrétions, la liquidation des biens de Pa Augustino de Souza, au profit de ses "providentiels héritiers", bat de l’aile, nonobstant le « ok » des autorités judiciaires du pays. Une réalité qui convoque la curiosité et des questionnements.

Une liquidation impossible ?

Cette interrogation porte aussi une marque de curiosité. Car, c’est un secret de Polichinelle que Pa Augustino de Souza a laissé en héritage à ses enfants, un patrimoine conséquent sur toute l’étendue du territoire national. Alors, beaucoup s’interrogent sur les éternels obstacles relatifs au règlement successoral.

D’après les résultats préliminaires de nos enquêtes, la liquidation judiciaire de la succession a été actée par jugement en date du 04 novembre 1963. Aussi nous a-t-il été confié que malgré les dispositions du Code des Personnes et de la Famille prévues en de pareilles circonstances, malgré la volonté manifeste d’une immense majorité des héritiers, et de la décision de justice précitée, actant la liquidation depuis des décennies, malgré, enfin, la nomination de plusieurs Notaires et la désignation de plusieurs Juges Commissaires pour assister le Liquidateur dans ses tâches, la liquidation des biens de Pa Augustino de Souza se révèle toujours compliquée, voire une mission impossible. Mais quelle peut en être la cause ? Qui en est l’auteur et pourquoi ? Voilà, autant d’interrogations que le flou qui règne presqu’éternellement autour de ce dossier à multiples rebondissements. Saura-t-on un jour l’épilogue d’une affaire aussi banale que simple, mais qui, curieusement, dure dans le temps ? Des esprits cupides et louches se sont-ils mêlés à ce dossier dans le but d’en tirer des intérêts sordides et inavoués ? Si non, qu’est-ce qui peut bloquer le dénouement d’une liquidation qui à priori, ne devrait souffrir d’aucune réticence ou résistance de quidam ? Ces interrogations demeurent…

Au demeurant, le 13 août dernier (est-ce un signal ?), à la demande de certains héritiers et après plusieurs reports successifs demandés par les avocats de la Notaire, un tribunal s’est penché à nouveau sur l’épineuse question de l’inventaire de tous les biens et de la reddition des comptes indispensable et préalable selon la Loi togolaise à la toute liquidation, donc au partage des biens. L'affaire a donc été plaidée la semaine dernière et mise en délibéré pour une décision qui sera rendue par le juge le 25 août prochain.

Cette actualité ô combien brûlante nous donnera, sans nul doute, l’occasion d’échanger avec les divers acteurs, d’évaluer leurs implications, puis le rôle joué par chacun et éventuellement, identifier ceux qui se dressent contre cette liquidation. C’est à comprendre que notre rédaction reviendra sur le sujet dès le verdict du juge.

Alors, à suivre !

La Manchette

Mot de la production : « Liquidation »

Une liquidation successorale est l’opération par laquelle on procède à l’inventaire, à l’estimation de l’actif et du passif et au partage des biens, d’une personne, à la suite de son décès. La liquidation de la succession vise à identifier et déterminer le contenu de la succession, à recouvrer les créances, à payer les dettes de la succession et à délivrer les biens aux héritiers. Il est donc important de définir la valeur exacte des biens immobiliers à cette occasion.

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette