Article

Article

Lettre à mon ami Tikpi


Lettre à mon ami Tikpi

« Qui aime bien châtie bien ». L’expression reste populaire, une maxime qui confère à l’être de l’aimé tout son amour qu’il se doit de préserver de toutes les opportunités de déception qui seront l’antichambre d’une douloureuse séparation. Tu es un ami, tu le resteras certainement. « Excuse-moi si je te tutoie. Je dis tu à tous ceux que j’aime » (Jacques Prévert). Mais je le sais, je parle à un adepte de Cheick Anta Diop ; Atchadam Tikpi, « Diopiste jusque dans la moelle ». À présent, osons-nous nous dire des vérités. Demain, chacun de nous comprendra le sens de l’action de l’autre. Ce serait au milieu des rires. Espérons !

« Grand frère », toute colère qui ne protège pas des instants de vie, est une haine. Loin donc de ce cliché, la mienne, ma colère, n’est qu’une exaspération du jeune frère qui s’interroge à longueur de journée sur les nouvelles attitudes du « Grand frère ». Nous avions eu des tête-à-tête, nous avons échangé en aparté, la vision qui est la tienne est très bien connue de moi. Ce n’est pas un secret qu’il ne faut jamais révéler. Tu es contre l’injustice sociale et tu veux aider à la libération des Togolais du joug des Gnassingbé.

Leader du PNP, tu as surpris le monde entier le 19 août 2017, puisque tu étais à deux doigts de réaliser l’exploit du siècle, déraciner un régime sans foi ni loi et l’envoyer définitivement dans les poubelles de l’histoire. « Le RPT/UNIR n’a jamais changé de fonctionnement. Car, je connais le système depuis longtemps et je sais comment il fonctionne. Quand on veut faire avancer les choses, le RPT oppose un non catégorique. Et quand il a des difficultés, il crée une commission. Quand il a des difficultés avec la commission, il demande un dialogue. Quand vous arrivez au dialogue, il fait tout pour bloquer le consensus. S’il ne peut pas bloquer le consensus, de guerre lasse, il accepte l’accord qu’il signe mais qu’il ne va jamais respecter. Il revient en ce moment au non catégorique… ».

Tout cela prouve ta bonne maitrise des réalités politiques au Togo, puisque tu déclarais aussi que « Les gens ont tendance à confondre l’âge de notre parti et notre âge politique. Moi, je suis debout depuis 1987. Politiquement, je n’ai pas l’âge du PNP ». Seulement, aujourd’hui, je crois qu’on ne doit plus se payer de mots pour dire ouvertement que nous notons une erreur politique dans ta stratégie. Erreur, oui, erreur politique selon nous, si nous partons du fait que ceux pour qui tu te bâts, ne semblent plus partager avec toi ta conception de la lutte. Nous ne marcherons pas tant que les détenus PNP ne seront pas libérés. Le contraire ne serait-il pas la logique ? J’avais déjà eu l’occasion de le dire. « C’est à l’issue du résultat des travaux des experts en audit du fichier électoral que nous allons savoir sur quel pied dansé, » a déclaré en substance l’un de vos conseillers. En quoi l’audit du fichier électoral concerne le PNP qui a appelé ses militants à boycotter le recensement ? Le comble, c’est lorsqu’enfermé dans une anecdote, ce dernier déclara : « Nous sommes en train d’observer. C’est une histoire de la vipère. La vipère, si tu marches sur sa tête, elle ne dit rien, tu marches sur son corps, elle ne dit rien. Il suffirait de marcher sur sa queue (pour subir sa morsure, ndlr) ». Seulement, la question que l’on doit se poser, est de savoir qu’en marchant sur la tête et le corps, est-ce que l’on n’enregistre pas de victimes ? Je veux bien rappeler que Gerry Taama n’a pas dit autant en Belgique avant que des œufs ne pleuvent sur sa personne.

Tikpi Atchadam, « Cher Grand frère », le Togo, notre Togo est au bord du précipice. Croire que toute action unitaire ou solitaire pourra encore le sauver, est du leurre. Il y a eu certes le 19 août, mais tu as très tôt compris qu’il fallait associer les autres. Une très bonne chose. Aujourd’hui, tu donnes l’impression de n’avoir plus besoin d’eux. C’est dangereux. De grâce, ne cherche pas à faire du « Gilchrist Olympio ». Ce serait démolir ta propre construction. Peut-être que c’est moi qui ne comprend plus ta stratégie de lutte. Mais lorsque 100 personnes ne comprennent plus une seule, soit la seule personne a choisi de ne plus être avec les 100, soit, c’est elle qui ne comprend plus les 100. Alors, pendant qu’il est encore temps, « Grand frère », une phrase suffit : « La Patrie vous appelle ».

Que l’Eternel bénisse le Togo !

Sylvestre BENI

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette