Article

Article

La C14 pas à Conakry, la CEDEAO face à ses incohérences


La C14 pas à Conakry, la CEDEAO face à ses incohérences

La délégation de la Coalition des 14 partis de l’opposition togolaise (C14) qui devait se rendre ce samedi 27 Octobre 2018 à Conakry chez le Président guinéen, le Prof. Alpha Condé, n’a pas pu faire le déplacement. Aux dernières nouvelles, le report de l’invitation de la facilitation a été communiqué aux membres de la C14.

Tout cela est symptomatique de la grande légèreté qu’affiche cette mission de la facilitation de la CEDEAO dans la crise sociopolitique au Togo. Annuler une telle mission au moment où la situation politique au Togo nécessite plus d’engagements et d’impacts de la CEDEAO, devait paraître aux yeux des Togolais comme une tacite bénédiction des égarements politiques portant la griffe du pouvoir togolais.

Silencieuse depuis la violation du relevé de conclusions du Comité de suivi par le pouvoir togolais qui épaule son allié l’Union des Forces de Changement (UFC) dans le braquage d’un siège à la CENI, silencieuse depuis le coup de force qui s’est opéré au Parlement togolais avec le système RPT-UNIR qui s’invite dans le choix des membres de la coalition devant siéger à la CENI, silencieuse sur la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles, et surtout électorales, silencieuse sur la recomposition de la cour constitutionnelle, silencieuse sur toutes les irrégularités constatées lors d’un simulacre de recensement, etc. la CEDEAO, du fait de ses manquements, ressuscite des souvenirs douloureux chez les Togolais. Car, cette organisation sous régionale semble se plaire dans un rôle de pompier.

Si tant est que la CEDEAO veut véritablement respecter les aspirations profondes de la majorité des Togolais qui veulent, à l’instar des autres pays de la sous-région, expérimenter les merveilles de la Démocratie, elle ferait mieux de changer considérablement d’attitudes et de s’impliquer pleinement dans la résolution de la crise sociopolitique au Togo. Pour l’heure, les Togolais pensent que le syndicat des Chefs d’Etat de la CEDEAO se soutient infailliblement.

Xavier AGBEVE

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette