Article

Article

EBOMAF, l’expertise au contact du Togo


EBOMAF, l’expertise au contact du Togo

Deux cent quatorze (214) milliards FCFA (un montant susceptible d’évolution en fonction des avenants aux contrats), mais pour l’heure, c’est bien le chèque que devra sortir l’État du Togo pour honorer l’expertise du Groupe EBOMAF, une structure spécialisée dans la réalisation des travaux d’infrastructures routières et de construction des bassins de rétention d’eau. La major burkinabè du BTP qui conforte sa position de leader dans le secteur au Togo, s’est vue attribuer deux nouveaux marchés au pays de Faure Gnassingbé.

Après avoir conduit avec une grande satisfaction les chantiers du Boulevard du 13 Janvier et les axes Agoè-BKS-Limousine-Adidogomé entre 2011 et 2013 dans la ville de Lomé, le Groupe EBOMAF s’est vu ensuite attribuer d’autres ouvrages situés dans la partie septentrionale du pays. Il s’agit, en effet, du chantier des routes Tandjouaré-Kanté (130 Km) et Borgou-Mandouri (45 Km), celui de Mandouri-Frontière du Bénin (07,5 Km) avec un pont de cent quatre-vingt (180) mètres linéaires sur le fleuve Oti et celui du Carrefour Pya-Sarakawa-Kanté (65 Km) avec un pont de cent (100) mètres linéaires sur un grand fleuve.

A ces trois (03) chantiers du septentrion en phase d’achèvement, vient s’ajouter la signature de deux (02) nouveaux contrats dans le sud du Togo dont le premier porte sur la modernisation de la route Lomé-Kpalimé, longue de cent-vingt (120 Km) ainsi que l’aménagement des bassins de rétention d’eau dans les quartiers de Todman, Segbé et Adidogomé pour un montant cumulé avoisinant cent quatre-vingt-quinze (195) milliards FCFA HT/HD. S’agissant du second contrat, avec un montant de dix-neuf (19) milliards FCFA HT/HD, le Groupe EBOMAF doit restructurer des voiries et réseaux divers (VRD) de la ville de Kpalimé. Ainsi, pour l’ensemble des deux (02) marchés, c’est un financement global estimé à deux cent quatorze (214) milliards FCFA HT/HD que le gouvernement togolais accorde à EBOMAF.

Le démarrage effectif des travaux a sidéré les populations togolaises depuis la visite du chantier Lomé-Kpalimé réalisée le mercredi 17 juin dernier par le ministre de l’Économie et des Finances, M. Sani Yaya et sa collègue des Infrastructures et des Transports, Mme Zouératou Tchakondo-Kassa-Traoré en présence de M. Mahamadou Bounkoungou, PDG du Groupe EBOMAF qui a tenu à commenter personnellement cette visite guidée.

Concernant le coté séduction de la visite guidée, l’on parlera du déploiement d’impressionnants équipements de dernière génération sur la base-vie d’Adidogomé. Ceux qui s’y connaissent mieux en BTP, citent des centrales à béton, une grande centrale d’enrobé, sans oublier tout un arsenal de machines et de camions de diverses gammes. Aussi, faut-il noter un personnel décidé et aguerri dans la réalisation des grands travaux, avec plusieurs recrutements qu’on assiste parmi les ressortissants togolais.

Prévu pour 36 mois d’après nos informations, le projet, tel qu’il est conçu et connu aujourd’hui, pourra faire l’objet de quelques modifications dans les prochains jours du fait de la volonté de l’État du Togo de faire de la route Lomé-Kpalimé, l’une des plus magnifiques de la sous-région. Alors, à la libération totale de l’emprise qui a d’ailleurs débuté par la démolition des structures métalliques de publicité et de bâtiments, le gouvernement pourra faire rédiger des avenants au contrat. En conséquence, l’enveloppe de 195 milliards initialement avancée lors de la visite du chantier et concernant le premier contrat, sera automatiquement revue à la hausse.

Pour rappel, l’expertise de EBOMAF (Entreprise Bounkoungou Mahamadou et Fils) accompagne depuis près de dix (10) ans la République du Togo dans ses efforts de développement et de modernisation de ses infrastructures. En dehors du Togo, EBOMAF est attributaire de plusieurs marchés d’infrastructures sur le continent africain entre autres, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Conakry et le Libéria.

Laure KADER

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette