Article

Article

1er congrès du PPI : le parti se relance sur les défis sociaux


1er congrès du PPI : le parti se relance sur les défis sociaux

Porté sur les fonts baptismaux le 05 novembre 2016 et ses activités officiellement lancées le 22 juillet 2017 à travers une conférence de presse tenue à Lomé, le Parti du Peuple et d'Intégrité (PPI) a bouclé le 05 novembre 2020, ses quatre (04) années d’existence. Occasion pour les membres de ce parti de tenir le 19 décembre 2020, leur 1er congrès national en vue d’évaluer leur parcours socio-politique, de renouveler les instances dirigeantes du PPI, et de redéfinir les multiples défis auxquels ils feront face pour les quatre prochaines années.

Parti de propositions comme ses dirigeants aiment à le définir, le PPI était en congrès statutaire et électif le week-end dernier à Lomé avec un effectif assez réduit, dû à la crise sanitaire liée à la pandémie du covid-19. Ainsi, seuls les représentants des quinze (15) préfectures que couvrent le parti, ont fait le déplacement de Lomé où s’est tenu le congrès.

Habillés aux couleurs du parti (blanc orné de jaune et du violet) pour la circonstance, les responsables du parti et les délégués ont parcouru l’ensemble des travaux effectués sur les quatre dernières années : « Le PPI a fait des efforts pour s’imposer », a déclaré, M. Badassé Hèzou-Wiyao, le nouveau Secrétaire Général et porte-parole du parti. Aussi a-t-il expliqué que « certes, le PPI est un petit parti, mais peu (de partis politiques, ndlr) ont la philosophie qu’il cultive ». Ce fut d’ailleurs l’occasion pour le porte-parole du PPI de revenir brièvement sur la philosophie et le bilan des quatre ans passés.

Se lançant dans la logique de la double alternance, notamment l'alternance politique et l'alternance des conditions de vie des Togolais, le Parti du Peuple et d'Intégrité (PPI) a dans sa philosophie, une batterie d’idéals à atteindre, qui se résume à la vie équitable pour tous. Déclarant que la pauvreté est une maladie et comme telle, elle doit être combattue, le PPI s’est résolument planché sur le bien-être des populations togolaises.

En effet, ce parti a inscrit parmi plusieurs points de sa philosophie, la dignité des Togolais à travers la question de la pièce de nationalité. « On ne peut pas comprendre pourquoi Kodjo qui est né dans un dispensaire de Vogan, à 18 ans va demander pardon au Gouvernement pour devenir Togolais. On ne peut pas comprendre que malgré la Déclaration Universelle des Droits de l'homme que le Togo a ratifié et qui garantit le droit à la nationalité à tous les citoyens, les Togolais, en ce 21ème siècle soient encore confronter aux tracasseries administratives et parfois à de lourdes charges financières sans parvenir des fois à jouir de ce droit », fait observer le PPI et qui en même temps, dresse un satisfécit à minima, vu que depuis leur sortie sur le sujet, l’exécutif togolais organise à intervalles réguliers, des audiences foraines dans toutes les préfectures du pays pour délivrer les certificats de nationalité aux citoyens. « Plusieurs associations et autres partis politiques ont relayé le message du PPI sur les médias », se félicitent les dirigeants du parti. Cependant, le PPI demande purement et simplement l'abolition de la pièce de nationalité qui est une source de frustration de bon nombre de Togolais dont l'avenir est hypothéqué à cause de cette pièce. A défaut d'une abolition, le PPI exige qu'elle soit délivrée aux citoyens au même moment que l'acte de naissance.

En dehors de la question de nationalité, le PPI rappelle que le pouvoir s'est aussi inspiré de son Programme AFASO (Assistance Familiale pour l'Ascension Sociale) qui veut qu’on accorde 4000 FCFA par mois à chaque famille qualifiée. En mars 2019, l’État togolais avait lancé les transferts monétaires à raison de 5000 FCFA par mois à 60.000 ménages vulnérables. Une initiative que le PPI a saluée, même s’il émet quelques réserves sur la conduite du projet.

Sur le plan de l'éducation, la philosophie du PPI, est l'enseignement de l'anglais au cours primaire. Cette proposition, d’après les explications du nouveau Secrétaire Général du parti, a vite été adoptée par le Gouvernement. En effet, le 17 janvier 2020, au cours d’une rencontre à Kara avec les inspecteurs et les organisations syndicales, le ministre des enseignements primaire et secondaire d’alors, avait annoncé que l'enseignement de l'anglais sera rendu obligatoire au cours primaire. « Nous nous réjouissons d’une telle initiative, mais attend sa matérialisation », a lancé le SG.

Au début de la crise sanitaire, le PPI s'est illustré en proposant le 29 mars 2020, une série de mesures pour venir à bout de la pandémie du covid-19 et ses conséquences sur le quotidien des Togolais. Dans l'ensemble de ces mesures, le parti proposait un soutien financier aux personnes vulnérables, un moratoire de trois mois sur les payements de factures d'eau et d'électricité et un moratoire sur les loyers. Le parti a aussi soutenu que des mesures urgentes soient prises par l’État en vue d’accompagner les PME, Petites et Moyennes Entreprises et les Petites et Moyennes Industries (PMI). Il a encore proposé l’adoption d'un budget spécial pour la lutte contre la pandémie... « tout cela a été repris par le Président de la République lors de son adresse à la nation le 1er avril 2020 », a rappelé le parti avec beaucoup de fierté.

Bref, le Parti du Peuple et d'Intégrité (PPI) se réjouit et se distingue comme une force de propositions (parti de propositions), et « ne lésinera pas sur les moyens afin que le citoyen soit mis au cœur de l’action politique ». Le nouveau Bureau issu du congrès, se déclare prêt à continuer et à parachever l'implantation du parti sur le territoire national, tout en préparant les échéances électorales à venir.

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette