Article

Article

DMK-GATE : Adjamagbo et Djossou bientôt libérés ?


DMK-GATE : Adjamagbo et Djossou bientôt libérés ?

Arrêtés et placés sous mandat de dépôt, Madame Kafui Dabri Adjamagbo-Johnson et de Monsieur Djossou Dodzi Yaovi Gérard respectivement Coordonnatrice Générale et Président de la commission des Droits de l’Homme de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK), ont été présentés le vendredi dernier, 11 décembre 2020, devant le Doyen des juges d’instruction pour interrogatoire.

Une rencontre à l’issue de laquelle, Me Atsoo Totékpo-Mawu Darius, le Conseil principal de la Dynamique Monseigneur Kpodzro se veut rassurant : « Cette audition, un moment de vérité, a définitivement consacré le fait que nos clients n’ont commis aucun fait criminel, encore moins délictuel; ce qu’ils n’ont jamais cessé de clamer depuis l’enquête préliminaire ; en tout état de cause, l’interrogatoire n’a pas établi que Madame Adjamagbo-Johnson Kafui Dabri et Monsieur Djossou Dodzi Yaovi Gérard ont adhéré à une quelconque entente ou groupement de malfaiteurs ou chercher à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État », explique-t-il, bénéficiant du soutien de la Conférence des Evêques du Togo (CET) qui s’interdise aussi de croire à un plan de déstabilisation du Togo dans lequel serait impliqué Madame Brigitte Adjamagbo.

« La connaissance que nous avons de cette femme, le message reçu de sa part et les témoignages recueillis à son sujet nous interdisent de croire en une implication de sa personne dans un présumé plan de déstabilisation du pays », écrivent les Evêques catholiques dans leur communiqué de presse du 06 mars 2020. Ils formulent à la fin, la requête de remise en liberté de Brigitte Adjamagbo-Johnson, de Gérard Djossou et de du prophète Esaïe sans oublier les autres personnes interpelées, à différents moments, dans le cadre de manifestations politiques, et dont la libération contribuerait à la décrispation du climat sociopolitique du Togo.

Saisissant la balle au bond, et suite au passage de leurs clients devant le Doyen des juges d’instruction, le conseil de la DMK, a informé l’opinion publique qu’en accord avec leurs clients, ils introduiront une demande de mise en liberté provisoire, en espérant qu’elle sera examinée avec bienveillance aussi bien par le Procureur de la République que par le Juge instructeur.

I
l faut dire que l’arrestation des deux leaders de la DMK, inculpés de « groupement de malfaiteurs et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État », en sus du décès en détention du sieur Djima Saïbou, l’un des accusés dans l’affaire « Tiger revolution », a encore crée une psychose dans le pays, contraignant plusieurs jeunes de l’opposition dont certains, revenus de la prison pour avoir manifesté contre le régime, Kérim Safianou, Takpara Gouni Mohamed, Agbokou Komlan Edem, Tossou Yawovi, Djobo Moukaïlan etc. à vivre loin de tout regard indiscret.

Une ambiance assez particulière qui ne plaît pas aux évêques, d’où leur exhortation à tous les acteurs de la vie sociopolitique togolaise à œuvrer au rétablissement de la confiance, à la promotion de la justice et à la paix sociale ainsi qu'au plus grand bien du peuple. Cela passera au prime abord, par l’élargissement de Madame Brigitte Adjamagbo-Johnson et Monsieur Yaovi Gérard Djossou.  

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette