Article

Article

CONAPP : Plébiscité, Tchagnao livre ses 10 glorieuses


CONAPP : Plébiscité, Tchagnao livre ses 10 glorieuses

Dans toute vie, le mérite se constate et honoré. Tchagnao Arimiyao en est une illustration. Ses deux ans passés à la tête du Conapp ont décidé que l’homme soit plébiscité pour son retour. « El hadj » pour les intimes, "président" reprend donc la perche pour son second mandat. Il évoque dès lors sa vision, bien conscient que son premier bilan doit être parfait.

« Vous m’avez fait confiance le 18 mai 2018 en me portant à la tête du Conseil national des patrons de presse (Conapp). Obligation de redevabilité, je suis comptable de mon action devant vous. Sans fausse modestie, nous pouvons être fiers du chemin parcouru durant ces deux dernières années, mais nous devons avoir l’humilité de reconnaître que le train de l’épanouissement du journaliste togolais et de la professionnalisation de la presse est encore sur les rails. Nous avons l’obligation de le faire avancer. Nous devons progresser ».

C
es mots du nouvel élu, traduisent l’engagement et le sérieux d’un homme qui sait manager. Nous n’en voulons pour preuve l’ébauche de sa conviction lorsqu’il admet qu’il fallait du génie, une vision éclairée, de la détermination, et surtout, une dynamique solidaire bien ancrée pour relever le défi du mieux faire, dans l’intérêt de tous. Oui, avec force et conviction, le président Tchagnao peut clamer haut et fort : Yes, we did ! (Oui, nous l’avions fait). « Le Conapp a évolué, est devenu plus crédible, et ce creuset qui engage notre destin commun est sur la bonne voie ». En le disant, El hadj n’est pas dans le déni puisque son plébiscite en dit long et repose essentiellement sur du concret, notamment toutes ses actions menées dans le cadre de la professionnalisation de la presse privée togolaise. On peut citer entre autres, le PROFAMED, fruit de son engagement qui conduit à la formation universitaire des confrères grâce un partenariat multipartite avec le gouvernement et l’ambassade de France. Aussi peut-on souligner le renforcement de leurs capacités sous l'égide de CFI et au Centre de formation et de renforcement des capacités (CFRC). Mais, non conformiste du peu, Tchagnao Arimiyao voit loin, il vise loin, aller loin. Alors, il ménage sa monture.

Le défi du renouveau de la presse privée togolaise étant grand, il met donc des balises pour y arriver : ses 10 glorieuses.

En effet, dans la suite logique de son premier mandat, le président Tchagnao veut renforcer la confraternité au sein de la corporation. Ainsi, il dit s’engager à repousser les limites des clivages qui fragilisent la cohésion, afin de poser les fondations d’une presse unie dans le pluralisme. Quant à la professionnalisation, il compte agir pour garantir la continuité de la formation des journalistes, et à l’en croire, des discussions ont été depuis engagées avec des universités privées spécialisées dans l’enseignement du journalisme pour aboutir à la signature de conventions de partenariat axées sur des facilités à accorder aux journalistes.

La protection sociale des confrères, un sujet qui défraie la chronique depuis plusieurs années du fait de la précarité qui expose le journaliste aux difficultés à se faire soigner en cas de maladie, le président du Conapp pense solutionner ce problème en mettant à contribution l’INAM et d’autres structures d’assurance du privé pour l’effectivité de l’assurance maladie des journalistes. « Seront mis également en place une mutuelle du Conapp et un système de retraite pour patrons de presse » a-t-il ajouté.

S’il est évident que la convention collective, reste l’autre versant de la professionnalisation de la presse d’après le président Tchagnao, il assure que sa signature exigée par les syndicats des journalistes est un combat noble. Il promet donc de s’engager à leurs côtés afin de trouver une issue définitive à la question de la convention collective au Togo.

Les autres défis des journalistes restent non seulement la régularité de leurs parutions, mais aussi la distribution. Alors, avec la promesse d’installation d’une imprimerie Conapp pour une réduction considérable des coûts de production des journaux, El hadj Tchagnao Arimiyao vise à promouvoir la régularité des parutions des organes de la presse écrite des membres du Conapp pour leur faciliter l’éligibilité aux subventions de l’Etat. Aussi garantit-il un service de messagerie pour assurer avec efficacité la distribution des journaux sur toute l’étendue du territoire dans le souci de renforcer l’économie des médias en vue d’accroître les revenus des patrons de presse. Dans le même ordre d’idées, le Conapp pense à un positionnement sur la scène internationale avec une plus grande présence dans les rendez-vous internationaux de la presse.

Au-delà du renforcement du lobbying pour une hausse conséquente de l’aide de l’Etat à la presse qui prend en compte les exigences de la professionnalisation, le Conapp veut encore renforcer la solidarité entre ses membres, afin d’honorer les événements aussi bien heureux que malheureux. Mais le grand défi de tous les membres, est d’œuvrer pour la préservation des acquis et la promotion de la liberté de presse.

Voilà autant de défis inscris au tableau des engagements du président réélu. Alors, de concert avec les autres membres du bureau, douze au total en plus de deux commissaires aux comptes, El hadj Tchagnao Arimiyao compte bien relever tous ces défis pour l’intérêt général de la presse privée au Togo. Il ne reste qu’à lui souhaiter tout le meilleur dans sa difficile mission.

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 La Manchette